L'innovation

L’objectif de la filière : tendre vers 100% de valorisation

Eco TLC a été créé pour favoriser la récupération et valorisation des Textiles, du Linge de maison et des Chaussures (TLC) usagés, pour répondre aux enjeux environnementaux de la prévention des déchets et de la préservation des ressources naturelles dans le respect des piliers du Développement Durable.

L’ensemble de ses travaux vise à promouvoir les activités qui permettront d’inciter la filière à mettre en place un cycle vertueux de production et de traitement. L’objectif est de limiter les déchets ultimes, voire de les supprimer. 

Les fabricants souhaitant intégrer ces enjeux dans leur cahier des charges de production doivent considérer chaque étape du cycle de vie du produit pour évaluer les possibilités d'optimisation de leur chaine de production.

Par exemple, compte tenu de l'état actuel des débouchés en matière de recyclage textile, les éléments notamment à prendre en compte sont les mélanges complexes de fibres synthétiques et naturelles ou la présence de ‘points durs’ qui handicapent l'effilochage.

Un produit éco-conçu se recycle mieux. Eco TLC a pour mission d'encourager les entreprises du secteur à éco-concevoir leurs produits.

La filiere des TLC usages en economie circulaire

Le cycle vertueux des TLC passe par : 

  • la mise en place de solutions d’éco-conception;
  • l’harmonisation du maillage de collecte professionnelle;
  • l'optimisation des méthodes de tri industriel;
  • le développement d’opportunités de valorisation rentables grâce à la Recherche et Développement.

L’éco-conception :  

L'éco-conception consiste à prendre en compte l'impact environnemental dans la conception des produits. Elle peut donner lieu à plusieurs niveaux d’implication : 

  • À la production : un produit peut être conçu de manière à ce que sa production impacte le moins possible les ressources naturelles et énergétiques de la planète. Par exemple, le développement du produit prendra en compte les émissions de gaz à effet de serre (GES), l’usage en eau et en énergie ou l’utilisation de produits nocifs qui pourraient être ensuite rejetés dans la nature.
  • En considérant le transport : les choix en matière de transport et de distribution peuvent rentrer dans l'éco-conception, notamment en termes d’impact carbone, d’utilisation d’énergie, d'optimisation des flux logistiques, ou de réduction du nombre d’intermédiaires dans la chaine. Par exemple : faire produire en filière courte ou choisir des réseaux de distribution vert (comme le transport exclusivement en camion plein) réduirait l’émission de GES.  
  • Sur lieu de vente : l’équipement et la consommation d’énergie des lieux de vente peuvent être optimisés pour diminuer l’impact sur les ressources naturelles. 
  • À la fin de vie : prendre en compte la fin de vie des produits mis sur le marché au niveau de la conception, notamment par le choix des matériaux naturels ou biodégradables, ou un design permettant une déstructuration facile.